Articles les plus consultés

31 mai 2009

Embarquement pour Venise...

Roma Italian punctured footballs stitched together 140x180 cm


Cette oeuvre récente pour illustrer le travail de l'artiste plasticien italien Paolo W. Tamburella.

Il représentera l'Union des Comores pour leur première participation à la Biennale de Venise. Sa proposition très attendue avec un "djahazi" (sorte de boutre qui sert à acheminer les containers à quai à partir de navires trop gros pour accoster directement au port), qui flottera ainsi pendant toute la durée de la biennale, en face de l'entrée principale qui mène au Giardini.

Voir : http://roinaka.skyrock.com/ qui suit l'événement; également le site de l'artiste : http://www.tamburella.net/ ou http://www.djahazi.net/

Et bien sur le site de la 53 ème Biennale "Making Worlds " (du 7 juin au 22 novembre 2009) : http://www.labiennale.org/en/ , sans oublier les "colateral events" dont un "Tribute to Pietro Cascella" à l'Arsenale.

"La Nave" - Tribute to Pietro Cascella (1921-2008)

28 mai 2009

Les petits cadeaux entretiennent l'amitié...


"Martine Aubry a annoncé mercredi soir à Rezé, près de Nantes, qu'elle offrait à Ségolène Royal une sculpture du Burkina Faso, représentant une femme debout portant de l'eau. "

Dépêche de l'AFP dont vous pouvez lire la suite sur : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gtje5Hes1W8rb3AqC-vgcakwlX_w
Nous on vous en parle juste parce que c'est une sculpture; elle aurait offert un vase de Sèvres, on en aurait pas parlé. En plus, ils sont même pas capables de montrer une photo où ont voit correctement la sculpture. Quelqu'un a t'il des infos sur la provenance de cette oeuvre? Trafic d'antiquités? Bazar pour les touristes? Cadeau de François?...
Vous pouvez toujours chercher dans la base de donnée des oeuvres récement volées d'INTERPOL : http://www.interpol.int/Public/WorkOfArt/Search/RecentThefts.asp

26 mai 2009

L'ACA passe à la télé...


Visible sur le site de la chaîne régionale notélé, le reportage consacré à l'ouverture du "Festival des Arts et du Végétal" de Ath : http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=6211&Itemid=31


25 mai 2009

L'oreille volée : Van Gogh vu par Zadkine

Une autre sculpture représentant Vincent Van Gogh, à Auvers-sur-Oise par Zadkine.


"Un bronze de Zadkine sauvé par un détective privé


A l'issue d'un mystérieux périple, un buste de bronze représentant Vincent Van Gogh et réalisé par le sculpteur Ossip Zadkine (1890-1967), volé en 1989 à Saint-Rémy-de-Provence, a été retrouvé récemment à Zwolle, dans le nord des Pays-Bas. L'oeuvre a été discrètement remise à l'ambassade de France à La Haye, à la fin du mois d'avril. Sa valeur est estimée à 3 millions d'euros."


Voir la suite de l'article de Jean-Pierre Stroobants , correspondant du journal le monde à Bruxelles : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/05/22/un-bronze-de-zadkine-sauve-par-un-detective-prive_1196717_3246.html

Matériaux de la sculpture contemporaine : Jack Jeffrey

Untitled (Cable Ties #3) © Jack Jeffrey. 1997, 2008. Centre for Contemporary Canadian Art.

Découvert sur le net, le sculpteur Jack Jeffrey qui pratique assidûment une recherche autour des matériaux de notre quotidien, dans des installations et sculptures minimalistes.
A voir dans les pages abondamment illustrées (vaut le détour : 54 000 images!) du site du Centre de l'Art Contemporain Canadien (banque de données) : http://www.ccca.ca/artists/artist_info.html?languagePref=en&link_id=72&artist=Jack+Jeffrey
Il expose Galerie du tableau 37 rue Sylvabelle à Marseille du 1er juin au 6 juin 2009 : http://galeriedutableau.free.fr/
Il a déjà exposé en 1997, 1999, 2004, 2005 à cette Galerie du Tableau, qui semble très active.

23 mai 2009

Saintes sculptures en Bretagne

Patrice Le Guen , un des premiers sculpteurs retenus pour ce projet.


Présentée par son président Philippe Abjean, l'association qui préside à la destinée de " La Vallée des Saints".

"C'est un projet "fou" qui va donner naissance à une "île de Pâques"
bretonne : un millier de statues en granit de 3 mètres de haut à l'effigie des
Saints fondateurs de la Bretagne va composer le plus grand chantier de
sculptures au monde. Cette aventure collective, culturelle et économique
ambitionne de devenir une vitrine mondiale du granit breton, actuellement
victime de la concurrence chinoise (plus de 2000 emplois menacés), un lieu de
mémoire qui cristallisera 15 siècles de culture populaire et une locomotive
touristique pour la Bretagne."



Le premier rendez-vous est fixé le samedi 1er août 2009 à Saint-Pol-de-Léon (Finistère).


"Les 7 statues monumentales (3 mètres de haut, 10 tonnes environ) représentant les Saints fondateurs de Bretagne (Pol-Aurélien, Tugdual, Brieuc, Samson, Malo, Patern et Corentin) seront érigées dans le centre-ville de Saint-Pol-de-Léon, à proximité de la cathédrale. Elles seront levées à l'ancienne, à l'aide de cordes par des délégations des villes de Saint-Pol-de-Léon, Tréguier, St-Brieuc, Dol, St-Malo, Vannes et Quimper."


Le site de l'association : http://www.lavalleedessaints.com/index.php

22 mai 2009

"Panazol explique le Land Art"

Joël Thépault, un des artistes invités à Panazol

"La Ville de Panazol lance une nouvelle manifestation culturelle : Ephémères...trois semaines dédiées au Land' Art, entre le 19 mai et le 5 juin prochain
La ville entière sera le théâtre d'expositions, de performances et d'animations autour du land art."

Une info (lire également la suite de la présentation des activités) reprise sur : http://res.rei.over-blog.com/article-31615169.html ; des expos, des réalisations sur site par les artistes , des ateliers d'initiation pour petits et grands...
En quelques années le Land Art est devenu une des formes d'art les plus populaires et les plus accessibles : l'amateur n'est pas encombré des traditionnels préjugés vis à vis des matières "nobles" et aborde sans complexe cette pratique artistique, quitte à parfois réinventer la roue...

14 mai 2009

Les formes éternelles


Une sculpture en ivoire, vieille de 35000 ans, découverte dans une grotte allemande (Holhe Fels Cave), a été présentée récemment par les archéologues (publication dans le journal scientifique "Nature"); ils pensent être en présence de la plus ancienne représentation humaine. La découverte est due à l'équipe de l'Université de Tubingen dirigée par le professeur Nicholas Conard. http://www.urgeschichte.uni-tuebingen.de/index.php?id=25

Symposium de "Sites en Ligne" 2009

Une performance de Claude Cattelain lors d'une précédente édition
"Sites en Ligne" est un symposium de sculpture qui se déroule tous les deux ans dans le bois de Ligne à Silly (B). Cet évènement prend la forme d’un concours autour de deux disciplines, la sculpture de tronc et l’installation en milieu naturel. Tout cela dans un cadre convivial permettant la rencontre des artistes avec un patrimoine naturel riche et un public large. La sixième édition aura lieu cette année du lundi 17 août au dimanche 23 août 2009.
Pour participer à la sélection, il est nécessaire d’envoyer avant le 31 mai 2009 un dossier complet ( comprenant: un cv, au moins 3 photos de travaux récents, 2 croquis du projet ainsi qu'une liste des matériaux utilisés et un texte explicatif, et le formulaire d'inscription signé) à l'asbl Sites en Ligne, 34 rue des fabriques, 1000 Bruxelles.
Voir le site du symposium : http://www.sitesenligne.be/
Quelques images de 2007 dans nos archives : http://acasculpture.blogspot.com/2007/09/sculpture-en-ligne-2.html

11 mai 2009

Concours Godecharle, exposition des oeuvres sélectionnées

Steve Dehoux, "Urban Trees" (détail)
Ce jeudi 7 mai 2009 ont été proclamés les lauréats du concours Godecharle, dans le cadre de l'exposition consacrée aux oeuvres sélectionnées. Premier prix pour la sculpture, Steve Dehoux, ancien étudiant de l'option sculpture à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Également sélectionnés, Olivia Mortier et Anthony Grière, tous deux étudiants de l'atelier de sculpture de l'école.
L'exposition se déroule du 8 au 19 mai, dans le cloître de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles - École Supérieure des Arts, 144 rue du midi à 1000 Bruxelles.
"La volonté de Napoléon Godecharle n’était pas d’offrir le jackpot à un premier prix ayant eu le talent (et la chance) de plaire au jury mais bien d’ouvrir une opportunité, de permettre à des sculpteurs, peintres et architectes « doués d’une aptitude remarquable et donnant des espérances fondées d’un grand succès » de « perfectionner leur éducation artistique » en voyageant et en séjournant à l’étranger. Il s’agissait moins de récompenser une œuvre aboutie, d’apporter les premiers fruits d’une fructueuse carrière que de parier sur l’avenir, d’investir dans l’épanouissement des qualités intrinsèques des artistes primés. Voilà pourquoi le Prix Godecharle décerné depuis 1881 par la Fondation du même nom récompense ses lauréats par des bourses de voyages."

Présentation extraite du site "Le Journal de l'Architecte" : http://www.lejournaldelarchitecte.be/concours.php
La page wikipedia (incomplète) consacrée au créateur de ce prix : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles-Lambert_Godecharle

08 mai 2009

Jean Tinguely, le Cyclop



Le « Cyclop » , une sculpture monumentale en acier haute de 22 mètres et pesant 300 tonnes vient de rouvrir au public. Cette construction d'acier a été réalisée pendant plus de vingt ans (commencée en 1969 et achevée en 1994) par Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle. Elle est visible dans la forêt de Milly(F). Le Cyclop de Jean Tinguely abrite des oeuvres de : Eva Aeppli, Arman (accumulation réalisée à partir des gants de travail utilisés lors de l'élaboration de la sculpture monumentale), Philippe Bouveret, César, Bernhard Luginbühl, Seppi Imhof, Pierre-Marie Lejeune, Giovanni Podestà, Jean-Pierre Raynaud, Larry Rivers, Niki de Saint Phalle (colonne "à la Gaudi"), Jesús Rafael Soto (forêt de tiges métalliques suspendues dans laquelle le visiteur est invité à entrer, produisant lorsqu'il la met en mouvement un son de cloches), Daniel Spoerri, Rico Weber, une contribution du professeur Etienne-Emile Baulieu et des hommages rendus à Marcel Duchamp, Yves Klein et Louise Nevelson. Voir le détail des interventions sur le site du Cyclop.

Cette oeuvre donnée à l'Etat par les artistes est inscrite sur les inventaires du Fonds national d 'art contemporain; l'œuvre est propriété de l'Etat français qui en assure depuis 1987 la protection et la conservation (complexe en raison des matériaux mis en oeuvre, des dimensions, des pièces en mouvement et de l'utilisation d'eau...).

"Le Cyclop est un monument unique, une sculpture exceptionnelle par sa grandeur, sa richesse artistique et son ingéniosité technique. De l’extérieur, il s’apparente à une tête sans corps étincelante de miroirs, avec un oeil unique, une bouche d’où ruisselle de l’eau sur une langue toboggan et une énorme oreille. A l’intérieur, le spectateur est invité à suivre un chemin labyrinthique pour découvrir des oeuvres variées et complémentaires, des sculptures sonores, un petit théâtre automatique et à l’emplacement du cerveau, une machinerie formidable aux engrenages de ferraille aussi fascinants qu’ hétéroclites. Le Cyclop est né de la volonté de Jean Tinguely de créer une construction hors normes, à l’échelle d’une architecture, un ensemble gigantesque, interactif, rassemblant des domaines artistiques variés. Les
travaux débutèrent en 1969, exigeant dix ans de labeur pour ériger la structure et quinze années supplémentaires avant que soient mises en place les contributions de chacun. Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle financèrent l’ensemble. En 1987, pour assurer la protection et la conservation, ils décidèrent de donner Le Cyclop à l’Etat français."

Voir en priorité : http://www.lecyclop.com/

D'autres information dans la fiche que lui consacre le Centre National des Arts Plastiques (CNAP) : http://www.cnap.culture.gouv.fr/index.php?page=journal&rep=journal&numJournal=12&journal=le-cyclop-de-jean-tinguely

Un blog comprenant de nombreuses photos : http://remue.net/spip.php?article2304

A l'occasion de cette réouverture, sortie de deux DVD,"le Rêve de Jean" et "L'Aventure exceptionnelle du Cyclop de Jean Tinguely". http://www.tinguely-dvd-cyclop.fr/

La fiche de wikipedia pour les détails biographiques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Tinguely

Le site du musée Tinguely à Bâle : http://www.tinguely.ch/fr/index.html

L'Espace Jean Tinguely - Niki de Saint Phalle à Fribourg : http://www.fr.ch/mahf/de/musee/espace.htm

Giardino dei Tarocchi - Niki de ST Phalle - Italie. Photo : Andrea B

Et pourquoi ne pas visiter le jardin des amis : http://www.nikidesaintphalle.com/ et http://www.danielspoerri.org/englisch/home.htmhttp://www.danielspoerri.org/englisch/home.htm

06 mai 2009

L'art et/est/hait la science

"La Machine à Limailles", Olivia Mortier (détail)


"La Balançoire", Adam Weiner (détail)
"Le Cosmos", Fotoula Georgiou (détail)


Ce mardi 5 mai 2009, Michel Dhalenne, directeur de l'École Municipale d'Arts de Boulogne sur Mer, ouvrait officiellement une nouvelle exposition dans le cadre de la manifestation "L'Art et/est/hait la Science". L'ensemble des intervenant a souligné la qualité de cet ensemble, qui réunissait pour la troisième fois (après Gembloux et Villeneuve d’Ascq) l'Atelier Sorcier, la Faculté Agronomique de Gembloux et la section sculpture de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles -École Supérieure des Arts autour du thème du magnétisme.
En première phase du projet art et science, l'école avait déjà accueilli il y a peu Magali Rousseau, Joseph Kieffer et Winoc Swinghedauw ; voir l'article que La Voix du Nord consacrait à cette exposition : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2009/03/16/article_une-entree-en-matiere-toute-en-poesie-po.shtml

Saluons au passage la dynamique pédagogique de cette école qui accueille régulièrement des plasticiens en son sein pour des expositions qui deviennent le fil conducteur de toute une réflexion plastique de la part des enseignants et enseignés; professeurs, directeur compris, qui par ailleurs n'hésitent pas à s'impliquer personnellement en tant que créateurs dans des événements culturels à haute valeur ajoutée; ainsi avons nous pu découvrir en exclusivité "La Part Sacrée du Modeste", une résidence de Philippe Manière dans une ancienne saurisserie du port de Boulogne sur Mer : un travail subtil et profond, en communion avec le passé maritime de la ville; chaque couleur, forme ou objet porte en soi l'âme de la mer et des marins.
Un CD reprenant des documents relatifs à cette exposition sera bientôt édité.
La page de l'École Municipale d'Arts de Boulogne sur Mer : http://www.ville-boulogne-sur-mer.fr/ecole-municipale-d-arts/presentation-20082009

05 mai 2009

L'art, à bout de farce...

Ne pas rater le très polémique article du quotidien Libération (Vincent Noce) au sujet de l'exposition "La Force de l'Art"sous le titre de "L’art à bout de «Force»"...
http://www.liberation.fr/culture/0101565326-l-art-a-bout-de-force
Extrait :

Il y a aussi des rats sartriens, une baraque foraine, des maisons absurdes ou déchirées, des poubelles brûlées et pendues, des photos (couleurs) de filles à poil - ce qui fait bien plaisir aux collégiens - et des œuvres graphiques. Encore le concept, qu’on avait cru suicidé, pour le compte. Et que les Français ont manifestement du mal à transformer en force plastique. En tout cas, très peu de neuf. Plusieurs artistes ont déjà été montrés, et bien mieux, par les galeries. Certains travaux ont vingt ans. Les mêmes têtes sont invitées en différents lieux à Paris (Orlan, Messager, Buren - dont on a sans doute voulu fêter le 70e anniversaire).

Emballage. Le contraste est cruel avec la nouvelle triennale qui vient de s’ouvrir à New York, sous le titre brillant «Plus jeunes que le Christ», qui réunit une cinquantaine d’artistes de 25 pays, tous âgés de moins de 33 ans. Ce n’est pas tant que l’emballage manque de cohérence. Ce qui est frappant, en comparaison de la foire de Bâle ou de la Biennale de Venise, c’est l’absence de vibrations. En 2006, Libération parlait de «la Farce de l’art». Cette fois, c’est plutôt la faiblesse de l’art. Reste à savoir si elle est fondamentalement celle de la pensée des organisateurs ou de la création en France aujourd’hui.

"La Force de l’art" au Grand Palais, avenue Winston-Churchill, 75008 Paris. Jusqu’au 1er juin 2009 : http://www.laforcedelart.fr/

Lire également dans le même quotidien : «Le symptôme d’une forme de repli sur notre pays»
par Alain Quemin, professeur de sociologie de l’art . http://www.liberation.fr/culture/0101565327-le-symptome-d-une-forme-de-repli-sur-notre-pays

Voir l'article de "lunettes rouges", blog arts plastiques hébergé par le monde : http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2009/04/27/la-force-de-lart/

04 mai 2009

Les "Silences" de Marin Karmitz


"Umarła klasa" (La Classe Morte), installation de Tadeusz Kantor;
version exposée à Łódź (PL), 2008. Photo Grzegorz Michałowski

"Silences", une exposition de Marin Karmitz, réalisateur et producteur de cinéma, au Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg. Avec Joseph Kosuth, Chris Marker, Christian Boltanski, On Kawara, Annette Messager, Juan Munoz, Robert Gober, Bruce Nauman, Ilya et Emilia Kabakov, Tadeusz Kantor, Dieter Appelt, Mario Merz, Georg Baselitz, Martial Raysse et Alberto Giacometti.

Présentation de l'exposition :

Marin karmitz : Le hasard d’une rencontre en 2006 avec Fabrice Hergott, alors directeur des musées de Strasbourg, en est à l’origine. Au cours de notre conversation, nous avons évoqué certains mouvements historiques et artistiques qui n’avaient pas fait l’objet – à mes yeux – d’une relecture suffisante, et qui ont pourtant considérablement modifié l’état des lieux en France. Il s’agit d’une part des années 1950, et plus particulièrement de la période 1950-1965, où l’on a vu naître en même temps une nouvelle Constitution, un nouveau journal, L’Express, la Nouvelle Vague dans le cinéma, le Nouveau Roman, le Nouveau Théâtre, celui de Beckett et Ionesco, mais où se sont produits aussi des moments forts dans le domaine de la peinture et de la sculpture. Je considère que les grandes années de Giacometti se situent à cette époque-là. L’autre période décisive est celle qui a suivi 68, de 1968 à 1973 plus précisément. Là encore, on assiste à la création d’un nouveau journal, Libération, à l’émergence de mouvements picturaux comme la Figuration narrative, aux débuts d’artistes tels que Christian Boltanski. Et c’est aussi le moment où l’on voit de nombreux intellectuels – Foucault, Barthes, Deleuze – s’intéresser aux artistes, écrire des préfaces pour des catalogues d’exposition. J’ai donc émis l’idée d’une exposition, qui me paraissait pouvoir être intéressante, sur les rapports que les philosophes et les écrivains ont entretenus avec l’art durant ces deux périodes. Si j’ai accepté d’être le commissaire de ce projet – quoique je n’aime guère le terme –, c’est parce que je voulais prendre mes distances vis-à-vis du cinéma. […]
Extrait d'un entretien à découvrir sur le site de l'expo avec aussi des commentaires, textes, photos, vidéos et tout un programme de visites, conférences et projections : http://www.silences.fr/

"A une analyse historique s'est substituée une réflexion moins didactique. "Un jeu de l'oie... J'ai pensé l'exposition comme un scénario, avec un début et une fin. Et, entre les deux, la possibilité pour le visiteur d'improviser son histoire. C'est aussi un labyrinthe..." Surtout un labyrinthe : parce que Patrick Bouchain a dessiné des espaces aux murs très hauts, clos sur eux-mêmes, entre lesquels le visiteur circule, cherchant l'entrée des salles avec l'impression, accentuée par la faiblesse de l'éclairage, de pénétrer dans une ville abandonnée."
Ensemble de l'article du quotidien le monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/05/02/l-art-selon-marin-karmitz-un-champ-de-ruines_1188057_3246.html

Vidéo de présentation de l'exposition sur Arte : http://www.arte.tv/fr/Une-semaine-d-ARTE-Culture/2585044.html

"Silences", du 18 avril au 23 aout 2009, au Musée d'art moderne et contemporain, place Hans-Arp, Strasbourg

01 mai 2009

Recettes des dieux, esthétique du fétiche


Plus que quelques jours (jusqu'au 10 mai 2009) pour découvrir l'exposition "Recettes des dieux" au Musée du quai Branly, galerie suspendue est (37 quai Branly, portail Debilly ou 218 rue de l’Université, 75007 Paris ).

"L’exposition invite à découvrir une catégorie d’objets africains mal connue du public européen : les objets « informes ». Il s’agit d’objets de divination, souvent appelés « fétiches », dans lesquels la forme humaine est dissimulée, ou ne se reconnaît pas. Les métamorphoses, les ajouts, les couches successives dessinent sur ces objets une mémoire, une empreinte que seul le devin sait déchiffrer."