Articles les plus consultés

26 octobre 2011

Bruno Weber, le facteur suisse


Le peintre et sculpteur zurichois Bruno Weber est décédé lundi 24 octobre 2011 à Dietikon (CH) à 80 ans, a indiqué ce mardi la Fondation Bruno Weber.
Bruno Weber a réalisé ses jardins de sculptures à Spreitenbach (Suisse, canton d'Argovieet) depuis 1962, et on y admire entre autres choses, sa maison, avec une tour de 25m de haut. Le parc de sculptures (20.000 m²) rassemble l'ensemble des œuvres de l'artiste. (photos 1 et 2 : Paebi et Günter Borgemeister

La page consacrée à l'artiste sur le site de la Tate : http://www.tate.org.uk/britain/exhibitions/outsiderart/environments/switzerland_large.htm
Le site de la fondation Bruno Weber : http://www.bruno-weber.com/

25 octobre 2011

Allard van Hoorn : "Songlines", musiques "topographiques"


Il y a des créations où médias et techniques se fondent pour ouvrir de nouvelles voies... comme chez l'artiste néerlandais Allard van Hoorn au travers de ses "Songlines"

To enable the architecture to be listened to whenever needed, the site-specific structure of the Communities Section of the 2011 Gwangju Design Biennale, the On-Site Hub, was interpreted during a live performance as a musical score derived from its shape. Sound is generated using local elements of tradition, myth and folklore, in this case contemporary Korean dance creating an Urban Songline that will remain in the space.

A performance in which the seating blocks in front of the stage form a representation of the mountain Mudeungsan that functions as a refuge for the citizens of Gwangju from the trauma of the bloody student riots of May 18th 1980. Dancers improvise based on pictures taken on the mountain. Their field of operation is the mountain (outside) and the representation of the city (inside), keeping in mind the origins (5000 years ago) of Korean dance as a Shamanic practice.

Le site de l'artiste : http://www.allardvanhoorn.com/biography_005.asp
Ne manquez pas de découvrir les autres expériences "topossoniques" de l'artiste : http://vimeo.com/29556098

Merci à Troi Boglesseoure pour le lien.

Hélène Mugot, perles de lumière

Morceaux choisis pour présenter une œuvre polymorphe : celle d’Hélène Mugot, artiste de la lumière, qu’elle questionne dans tous ses sens : physique, scientifique, symbolique et mythique. Et c’est pour mieux la révéler qu’elle s’empare de techniques aussi diverses que la photographie, l’holographie, la vidéo et de matériaux tels que le verre, le cristal, les prismes optiques ou encore l’or, le bronze, l’inox…(extrait du texte de présentation de l'exposition).

"Mundus, mundus est" (2006); Chapelle de la Trinité à Lyon. Installation / performance lumineuse et sonore réalisée dans le cadre de la Fête des Lumières le 8 décembre 2006, et du Festival de Musique Ancienne de Lyon. 51 boules à facettes de miroir ( de 120 cm à 15 cm de diamètre ), fermoir d’acier géant, projecteurs de cadrage, modulateur de lumière, 5 performeurs et bande-son enregistrée.


Hélène Mugot expose actuellement cette œuvre parmi d'autres dans le cadre de so exposition "ICARE ENCORE -HÉLÈNE MUGOT ŒUVRE, Morceaux choisis", au Musée Mandet, 14 rue de l’Hôtel de Ville à 63200 RIOM (F), du 22 octobre 2011 au 22 janvier 2012.

Découvrir les autres créations de l'artiste sur son site : http://www.helene.mugot.com/

11 octobre 2011

Georg Baselitz, la taille du peintre

 Baselitz dans son atelier
travaillant sur Dunklung Nachtung  Amung Ding (2009) © Elke Baselitz

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organise une exposition consacrée aux sculptures de Georg Baselitz. Cette manifestation proposera une lecture rétrospective d’un des aspects de l’œuvre de cet artiste allemand, d’abord peintre et graveur, en présentant, la quasi-totalité d’une production peu montrée en France qui s’étend sur plus de trente ans. Désormais autonome par rapport à la peinture, la sculpture de Baselitz, qui occupe une place privilégiée au sein de son œuvre, a gagné en monumentalité.

Une quarantaine de sculptures en bois peint exécutées entre 1979 et 2010 montreront le cheminement d’un artiste qui a contribué au renouvellement du langage de la sculpture d’aujourd’hui.
Extrait de la présentation de l'exposition sur le site du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Baselitz dans son atelier près du lac d’Ammer (Bavière), travaillant sur Volk Ding Zero / Peuple Chose Zéro (2009) © Elke Baselitz
... Souvent, la peinture - car Baselitz est un grand peintre - vient rattraper le coup en masquant les erreurs. Mais elle ne les corrige pas - les problèmes posés par la sculpture ne pouvant être résolus que par des solutions sculptées. Restent l'énergie plus présente dans les scarifications que le geste laisse à la surface que dans la forme elle-même, quelques touches de peinture animant un regard et, comme les deux autoportraits assis (2009) montrés à la fin de l'exposition, quelques belles pièces monumentales - enfin pour un peintre.
Extrait de la critique d'Olivier Cena dans le Télérama 3222 du 12 octobre 2011.

Exposition du 30 septembre 2011 au 26 janvier 2012.

08 octobre 2011

De l'autre côté du miroir : Kapoor, Eliasson, Dan Graham, Nils Udo...

Sculptures ou installations incorporant des miroirs de diverses natures.


"Tall Tree and the Eye" (2010 ?), Anish Kapoor Sculpture installée à l'extérieur de la Royal Academy of Art à London à l'occasion de l'exposition de l'artiste. Photos via Steffen Michel. Les sphères miroir, déjà mises en scène dans les "sphérades", fontaines cinétiques de l'artiste belge Pol Bury (notamment au Palais Royal à Paris).
 
Du même Anish Kapoor, le célèbre "Cloud Gate" à Chicago, aussi appelé "The Bean" (2006). 20 x 13 x 10 mètres. Photo : Yinghai. Voir la page très détaillée : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_Gate 
Et encore de nombreux autres projets utilisant l'acier inoxydable poli comme miroir; voir le site de l'artiste : http://www.anishkapoor.com/


"Superficial" (2004), Michel de Broin; miroir, colle, ciment appliqué sur un rocher; Vosges, Alsace (F).
Autre installation de l'artiste : "La belle Éphémère"(2009), énorme boule disco suspendue à une grue. D'autres projets sur le site de l'artiste : http://www.micheldebroin.org/projects/super/index.html


"Fun House for Münster"(1997), Dan Graham. Photo: Rudolf Frieling /© Dan Graham.
Cet artiste a utilisé le miroir à travers de multiples techniques dans des installations stationnaires à base de vitres et miroirs sans tain dans des ossatures d'acier ou aluminium.
Démocratiquement ancrés dans le quotidien de la vie urbaine et son activité, les pavillons de Graham sont des structures fonctionnelles et hybrides, entre sculpture et architecture. Les pavillons puisent leur origine dans l'architecture et l'urbanisme : les gratte-ciels, les miroirs sans tain des immeubles de bureaux, le Paysage anglais du XVIIIe siècle, les « Folies » et le style pittoresque mais aussi les espaces en forme d'ellipse du Néo-Baroque et du Rococo.
Extrait d'une page consacrée à l'artiste sur le site : http://www.mariangoodman.com/exhibitions/2009-04-25_dan-graham/
 Il a également développé ces questions de "réflexion" au travers de dispositifs vidéos, comme dans
"Present, Continuous, Past(s)" (1974).


 Autre "magicien" du miroir, Olafur Eliasson en a souvent intégré dans ses installations, comme dans le "Double sunset" (1999), ou le désormais mythique coucher de soleil de son "Weather project" (2003); dans le Turbine Hall de la Tate Modern à Londres; le plafond était réalisé dans un film miroir qui reflètait le lieu à la mi hauteur du soleil.(Phot :Rob Gardiner). Ce principe a également été appliqué dans "
"Frost activity" (2003).
L'artiste a développé de très nombreux dispositifs faisant appel à des miroirs, notamment à l'aide de surfaces concaves ou de facettes comme dans "Your spiral view"(2002) . Vue d'installation à la Fondation Beyeler. Basel (CH). Voir son site très complet : http://www.olafureliasson.net/index.html



Sous forme de performance, les destructions de miroir par Michelangelo Pistoletto; lire un article descriptif : http://archeologue.over-blog.com/article-pistoletto-20-miroirs-brises-et-un-blesse-au-104-a-paris-63159402.html


Plus"technologiques", les "broken mirror" de Lee Yongbaek, combinant des projections vidéos, dans le pavillon de la Corée du Sud à la Biennale de Venise de cette année. (photo laborieuse JFD) En vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=byzTKJ0Ard8
 


Citons encore le sculpteur français Pierre Marie Lejeune qui recouvre de manière plus classique des volumes géométriques à l'aide de miroirs; nous en avons déjà parlé sur ce site : http://acasculpture.blogspot.com/2008/11/miroir-de-la-sculpture-pierre-marie.html
Autre technique de couverture et d'assemblage de miroirs : David Altmejd et son exposition au "Magasin" de Grenoble en 2009 : http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/DAAC/champs/actuartsplat/DPartsplastiques/files/DP%20Altmejd.pdf

Beaucoup d'installations font appel à des mises en abîme à l'aide de miroirs, comme celles de Matej Kren, comme ici à Bratislava avec son installation "passage". (http://www.matejkren.cz/en/matej-kren/biography.php ). Voir également les créations de Pascal Bernier.


Sous une forme exploitée depuis des siècles dans les villes et jardins, les miroirs d'eau; ici par Nils Udo dans l'installation "Water house".

05 octobre 2011

Centre de la Tapisserie à Tournai, "Recherches 2011"


Comme chaque année, le CENTRE DE LA TAPISSERIE, DES ARTS DU TISSU ET DES ARTS MURAUX DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES à Tournai expose les travaux des boursiers qu'il a accueilli depuis octobre 2010
; cette exposition s'inscrit dans le cadre de la manifestation “Art dans la ville”.
Le Centre de la Tapisserie accueille annuellement dans ses ateliers de recherche 8 créateurs sur présentation d'un programme motivé dont l'intérêt est lié au textile, cela compris dans sa plus large interprétation. Une bourse mensuelle est accordée aux artistes pour une période de 12 mois par la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Province de Hainaut.
Avec la participation de : Cathy Alvarez Valle, Benoît Carpentier, Frédéric Denis, Pierre-Alexis Deschamps, Anna Katharina Tretter, Nicolas Clément, Nathalie Guilmot et Vanessa Vollmar.

Exposition du 8 octobre au 6 novembre 2011. Place Reine Astrid, 9 à 7500 Tournai. +32 (0)69 234 285 - www.centre-tapisserie.org

04 octobre 2011

Judith Scott, langage volé


Trisomique, sourde et muette, Judith Scott réalise des sculptures textiles qui constituent son unique moyen d’expression. Non satisfaite de ses essais artistiques sur papier, elle dérobe des objets (ventilateur, parapluie, magazines, etc.) au centre d’art dans lequel elle se trouve, puis les recouvre entièrement de fils de laine jusqu’à ce qu’ils disparaissent sous des cocons colorés. Découvrant la qualité et la force émanant de son travail, le centre accepte par la suite de lui fournir le matériel qu’elle désire afin qu’elle dissimule ses objets secrets.

Près d’une douzaine d’œuvres de l’artiste sont exposées pour la première fois à Paris et résonnent profondément avec les objets de la sculpture contemporaine, comme ceux de Louise Bourgeois ou de Tony Cragg par exemple. La liberté technique ainsi que la richesse psychologique et émotionnelle qui conduit la démarche de Judith Scott est exemplaire pour d’autres artistes de la scène actuelle, bien au-delà des questions troublantes du handicap. (Photo : Leon Borensztein)
Extraits de la présentation de l'exposition sur le site du Collège des Bernardins

Nous vous avons déjà parlé de ce lieu : Collège des Bernardins, de l'élévation dans l'art et  Anthony McCall, et la lumière fut...
Exposition du 12 octobre au 18 décembre 2011, dans l'ancienne sacristie.

Le site dédié à l'artiste : http://www.hidden-worlds.com/judithscott/
Plusieurs films, dont "Outsider, The Life and Art of Judith Scott " (2006), lui ont été consacrés ; voir un extrait : http://www.judithscottdocumentary.org/clips.htm


Merci à Lucien pour le lien.

02 octobre 2011

Mira Podmanicka, "White Place"




Dans son projet «White Place» Mira Podmanicka crée un lieu de détente, de repos et de contemplation. Un fauteuil confortable, avec des oreillers, est installé à côté d'une lampe dans une petite pièce ouverte, limitée par un sol, un plafond et des murs blancs. Les couches successives de matériaux souples approfondissent l'impression de douceur et de confort. Sur le fond blanc, cousu à partir de différents tissus et de matelassage polyester, Mira Podmanicka a brodé des images inspirées par le monde environnant et les événements du quotidien qui dépeignent des choses réelles et irréelles, des motifs, des histoires, des souvenirs et des rêves, unifiés dans une pièce complexe. Ils reflètent le monde autour de nous, fait de strates qui se superposent, les plus récentes couvrant les plus âgées : matières organiques, aléatoires qui croissent et s’accumulent. Calques se chevauchant, laissant deviner les couches antérieures, mais aussi toujours des blancs prêts pour écrire l’avenir…


Quelques photos de l'installation sur le site Neu/Now Festival qui reflète certains aspects de la jeune création contemporaine en droite ligne des écoles d'art supérieures européennes.


Cette oeuvre est actuellement exposée à la galerie HotDock (http://www.hotdock.sk/) de Bratislava (Slovaquie), dans le cadre du très dynamique BLAF (Bratislava Art Festival).


Cette présentation s'inscrivait également de manière plus personnelle dans le volet artistique de la défense de son doctorat "Soft Material in Sculpture", brillamment présenté ce 29 septembre 2011 : une réflexion fondamentale sur l'évolution de l'emploi des matériaux dans la sculpture contemporaine. D'autres créations de l'artiste à découvrir sur le site Saatchi Online : http://www.saatchionline.com/mirapodmanicka



Signalons enfin que nous connaissons bien cette jeune artiste en Belgique; elle y a présenté son Master spécialisé en sculpture à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles/École Supérieure des Arts, il y a quelques années. Elle a également été boursière au Centre de la Tapisserie, des Arts du Tissu et des Arts muraux de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Tournai. Ce passage sous nos latitudes n'est sans doute pas étranger au goût qu'elle a développé pour le chocolat, et qui se traduit par la création d'une collection de bijoux gourmands très réalistes...