Articles les plus consultés

30 décembre 2012

Johann Le Guillerm, "Secret" d'atelier

  Photo : Philippe Cibille

Johann Le Guillerm, l'enfant terrible du cirque contemporain, présente une nouvelle étape de son projet évolutif, « Attraction », autour de la recherche du point. Que dire de « Secret » ? Qu'il est l'un des spectacles de cirque les plus avant-gardistes, puissants et rudes que l'on ait vus. Sur la piste, un homme au torse musculeux, suant, au regard impassible, reptilien. Fauve ou dresseur ? Monstre ou magicien ? Son fouet claque. Il lance une hache. Il courbe le métal. Il avale un couteau. Contorsionniste, équilibriste, il inquiète toujours. Et jamais ne laisse indifférent.
Stéphanie Barioz, Télérama
Photo : Philippe Cibille

"Secret" a été joué plus de 600 fois de par le monde par Cirque ici, la compagnie créée par Johann Le Guillerm en 1994. "Secret", le spectacle de Johann Le Guillerm, éternellement remis sur le métier depuis plus de 9 ans, un spectacle de cirque en révolution permanente, où les numéros apparaissent et disparaissent au fil des ans; vous l'avez peut-être vu à Avignon en 2008, ou lors des récentes représentations à Lille en décembre 2012, qui vous auront apporté le fruit des dernières recherches de ce créateur/chercheur, définitivement inclassable dans sa quête de la "face cachée des choses" (Gare Saint Sauveur dans le cadre de FANTASTIC).

Photo : Philippe Cibille

Johann Le Guillerm défend sa "pratique minoritaire" au sein du cirque, le lieu qui lui semble le plus susceptible d'accueillir sa recherche atypique et protéiforme autour du point ("l'observatoire autour du point", pour être plus précis), symbole par excellence de son concept original; un parcours athlétique et autodidacte, à la fois scientifique (mathématique, géométrique, topographique, génétique...) mais aussi philosophique, poétique, architectural et surtout artistique et sculptural, bien qu'il ne se revendique pas de l'art contemporain.

 Photo : Philippe Cibille


"Secret" fait partie du grand œuvre  de Johann Le Guillerm "ATTRACTION ", "qui interroge l'équilibre, les formes, les points de vue, le mouvement et l'impermanence..."
ATTRACTION est un polyptyque à quatre volets. Il ne s’agit pas d’un tableau ni d’un objet plastique en relief mais d’une architecture mentale en quatre parties distinctes.
Elles forment ensemble un volume tétraèdrique.
ATTRACTION est une structure spatio-temporelle et la cristallisation (mais en aucun cas
l'aboutissement) d’une pensée en mouvement qui se décline en quatre axes de création :
  • Un spectacle de cirque : Secret 
  • Un phénomène de cirque minéral & végétal : la Motte 
  • Une circumambulation autour de la recherche : le Film 
  • Les points de vues sur ATTRACTION : la Trace
Au centre d’ATTRACTION se trouve la Recherche et la Matière. Installations d’outils pour appréhender le monde entièrement que sont "l'Observatoire" et "Monstration".

Extraits de la présentation de La Motte en 2006; voir :  http://sunkyungoh.files.wordpress.com/2010/12/la-motte_2006.pdf
Ce dossier historique et technique est une présentation complète de "l'aventure" de La Motte dans le cadre d'une "candidature" pour la 1ère apparition de la Motte (taille 12m) Estuaire - Nantes <> St Nazaire.

Complémentairement à son spectacle, Johann Le Guillerm propose donc une exposition d'objets sous le titre de "Monstration", où lattes et madriers sont mis en tension et en équilibre par de savants auto blocages, complétés ou non de nœuds marins (voire gordiens...); ces mêmes outils qui se construisent en live devant le spectateur au cirque. Les plus initiés reconnaîtront peut-être parmi certaines des "sculptures" , le principe de construction du pont arc-en-ciel de la Dynastie des Songs...

  "Architextures", photo prise au Jardin d'Agronomie Tropicale (Paris-Vincennes),
 dans le cadre de sa résidence auprès de la Mairie de Paris.(2011)
sur le site de Brigitte Maillard

 Une autre "Architexture". Bois de Vincennes, 
Jardin d'Agronomie Tropicale (juillet 2011). Photo Alain Delavie.


 "Le Serpentant" (dans la série des Architextures), 
Bois de Vincennes ( juillet 2011). Photo Alain Delavie. Voir le site Paris coté jardin.




Au coeur de ce grand projet toujours en cours, "La Motte" ("une planète à portée de vue, un phénomène de cirque minéral et végétal, une allégorie"), objet cosmogonique en expansion, recouvert de végétal (avec les conseils de Gilles Clément), et qui produit au sol des courbes remarquables, mémoire de ses lentes et constantes pérégrinations... Pour (presque) tout savoir sur les circumambulatoires, voir également (page 8) :  http://sunkyungoh.files.wordpress.com/2010/12/la-motte_2006.pdf


"La Motte", maquette et utopie (prévisualisation de La Motte de 12 mètres) et cheminement (3éme à partir de la gauche).

"Si l’on fait rouler une circumambulatoire sur un plan en 2D, on obtient un cheminement dessiné par ses arêtes qui correspond à l’occupation du labyrinthe sur une sphère.Ce cheminement est continu puisque le labyrinthe est cyclique. Chaque chemin, ci-contre, est celui du centre de gravité se situant au milieu de ceux dessinés par les arêtes."


A écouter attentivement, la conférence de presse de Johann Le Guillerm, le 5 juillet 2008 au Festival d'Avignon, animée par Antoine de Baecque et Jean-François Perrier.Visible sur theatre-video.net


 


Pour les inconditionnels de l'artiste, un documentaire réalisé en 1995 par Werner Penzel et Nicolas Humbert qui le suit comme funambule avec le Cirque O, dans le sud saharien : "Middle of the Moment" (critique de Télérama). Lire aussi : Nomad's Land
Etrange film, qualifié par ses auteurs de « cinépoème ». Un voyage sans paroles (ou presque) mais regorgeant de bruits, en compagnie de nomades : d'un côté, des Touaregs du Sud saharien ; de l'autre, des forains et des musiciens français du Cirque O. Ces deux mondes sont ici mis en parallèle et se répondent : à travers leur mode de vie collectif et rudimentaire, leurs liens étroits avec les paysages, leur confiance dans les saisons... On assiste, en noir et blanc, à une alternance de rituels, de moments de travail ou de pause...

08 décembre 2012

Oscar Niemeyer, sculpteur de courbes


Une multitude d'articles dans toute la presse mondiale pour saluer Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares qui est décédé à l'âge de 104 ans, reconnu universellement comme l'un des plus grands architectes du XXème siècle. Il a réalisé plus de 600 oeuvres et est entré dans la légende sous l'ère du président Juscelino Kubitschek, lors de la création de Brasilia; actif jusqu'à aujourd'hui, son bureau avait encore de par le monde une vingtaine de projets en chantier. Récemment, il travaillait encore sur la rénovation du Sambadrome en prévision des Jeux Olympiques de Rio en 2016.


Le centre culturel international Oscar Niemeyer à Aviles, Espagne (2008)
qui accueille des manifestations artistiques et culturelles.© Getty

A découvrir parmi d'autres, ces articles dont les titres tentent de cerner le personnage et son œuvre :
"Oscar Niemeyer courbe brisée", "Au Brésil, «le visage d’une nation»", et pour les photos "Niemeyer, l'architecte qui aimait les courbes" (photos), "Oscar Niemeyer, le bâtisseur de Brasilia" (vidéos), dans Libération.
"Oscar Niemeyer, l'homme de Rio en 13 monuments" (photos commentées), dans Le Figaro.
"Oscar Niemeyer, "l'architecte de la sensualité"" (photos commentées), "Et de nulle part surgit Brasilia", "Loin des théories, les courbes libres, élégantes et désinvoltes du génie" dans Le Monde.
"Le Brésil rend hommage à Niemeyer, le "poète des courbes"" dans Le Point.
"Jean Nouvel : "Niemeyer, c'était d'abord un styliste"" dans le Nouvel Observateur.
"Oscar Niemeyer: architects and critics pay tribute" article très intéressant dans le Guardian, où les plus grands architectes évoquent l'apport de Niemeyer.
 ...



Et bien sur le site officiel de Niemeyer : http://www.niemeyer.org.br/ qui reprend sur une ligne du temps les grandes créations du maître en parallèle avec les événements personnels et politiques, en les commentant, les illustrant de photos et dessins, et situant celles-ci dans leur contexte géographique grâce à un zoom dans Google Maps.


Nous vous avons déjà parlé à plusieurs reprises d'Oscar Niemeyer :
http://acasculpture.blogspot.be/2010/12/oscar-niemeyer-en-forme.html
http://acasculpture.blogspot.be/2009/02/oscar-niemeyer-le-sculpteur-de-brasilia.html

 Photo du chantier de la cathédrale de Brasilia en 1959. Crédits : AP/Mario Fontenelle
«Seule m’attire la courbe libre et sensuelle de la nature, la courbe des montagnes, des vagues de la mer, des nuages du ciel, du corps de la femme préférée».
«Contempler les nuages a toujours constitué ma distraction favorite. J’y voyais des cathédrales, des guerriers, des animaux, des corps de femmes et toutes sortes de choses fantastiques. Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire. Ni la ligne droite, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle. La courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses fleuves, dans les nuages du ciel, dans le corps des femmes. Tout l’univers est fait de courbes ».

17 novembre 2012

William Turnbull, l'âme d'acier


 "Blade Venus 5" (1989)

 "Large Horse" (1990)

"Horse’s Head" (1994)

 "B32170-0" (1964)

William Turnbull, artiste écossais majeur de l'après-guerre, connu comme sculpteur, peintre et graveur, est décédé à l'âge de 90 ans.
It was during the mid-1950s that he also became a protagonist in the influential 'Independent Group' of painters, sculptors, architects and writers who met at the Institute of Contemporary Arts (ICA) in London.
Regarded by some as a precursor of the pop art movement, the group included Richard Hamilton, Eduardo Paolozzi, James Stirling and Colin St John Wilson. Turnbull was also one of the first artists to embrace American abstract expressionism, creating lasting relationships with Mark Rothko and Barnett Newman.

William Turnbull, (1956)

Le site de l'artiste, très complet (très nombreuses photos, d'où sont reprises celles de ce post) :  http://williamturnbullart.com/index.php

 Un article du Telegraph de 2011, suite à la réalisation d'un film documentaire "Beyond Time" consacré à William Turnbull, co-créée par le fils de Turnbull, le DJ Alex Turnbull : http://www.telegraph.co.uk/culture/film/filmreviews/8889242/Beyond-Time-William-Turnbull-review.html#  
 

26 octobre 2012

"FabClay", une imprimante 3D pour la terre


Trois chercheurs internationaux - Sasha Jokic (Serbie), Starsk Lara (Colombie) et Nasim Fashami (Iran) - se sont réunis à l'Institute for Advanced Architecture of Catalonia (IAAC) pour développer un système de fabrication numérique et automatique pour la terre. Ils ont mis au point une sorte de robot qui débite une coulée d'argile de l'épaisseur du matériau souhaitée, pour former un objet en trois dimensions. Assez semblable à une imprimante 3D, la FabClay fonctionne sur une base curviligne au lieu d'un plan, ce qui donne encore plus de souplesse et de contrôle sur les détails de conception complexes.


FabClay from Sasha Jokic on Vimeo.
Découvrir d'autres recherches intéressantes sur le site de l'IAAC (Institute for Advanced Architecture of Catalonia, et non California , comme écrit par certains...)

23 octobre 2012

Sarkis, « ... redonner du sacré à l'espace »

 "Passages croisés en or". Photos en provenance de http://art-icles-on.blogspot.be/


Dans le cadre de la manifestation "Songe d'une nuit d'été", parcours d'art contemporain & patrimoine dans la Vallée de la Loire, le plasticien Sarkis revient investir le château d'Angers, où ses grands lustres en fer forgé Froid dans le dos éclairent depuis 1993 les quatre salles voûtées de la porte des champs. Particulièrement sensible au patrimoine, aux valeurs immatérielles véhiculées par l'art, Sarkis installe dans la chapelle une nouvelle œuvre à la fois monumentale et précieuse. Éphémère, lumineuse, elle incarne une « mémoire active » structurante dans un lieu chargé d'histoire, visant à créer un dialogue ambigu mais fort révélateur entre un passé imaginaire et un présent factice.
Présentation sur le site de la manifestation. 

Photo sur le site monuments-nationaux.fr

"Passages croisés en or", un échafaudage de 4,5 mètres de haut, doré à la feuille.
Du 5 Octobre 2012 au 24 Février 201.
Lire également l'article sur maville.com d'où est tirée cette citation :
« Quand je fais une expo quelque part, les lieux font partie de mon patrimoine. C'est comme si je venais chez moi ! »

A voir également, ou à redécouvrir, dans les salles des deux tours des Champs, "Les Quatre Chandeliers d'Angers" commandés en 1993 par le FRAC Pays de la Loire. Lire le communiqué de presse complet: http:http://www.monuments-nationaux.fr/fichier/pre_document/1168/document_communique_fr_dp.sarkis.pdf 
 

Nous avons déjà parlé de Sarkis à plusieurs reprises :
http://acasculpture.blogspot.be/2012/04/sarkis-traceur-de-lumiere.html
http://acasculpture.blogspot.be/2010/06/22passages222cvisiteparsarkis.html

27 septembre 2012

Pascal Bernier, la chasse aux cauchemards

"Éléphanteau"(2000).Animaux naturalisés, bandages, acrylique. 
C'est certainement cette série des accidents de chasse que le public associe immédiatement à l'artiste.

Cet automne, avec une exposition consacrée au plasticien Pascal Bernier, le Botanique met à l'honneur une des figures majeures de la scène artistique belge contemporaine.
Adepte de la pensée paradoxale et de la purge par le rire - qui «aide à réfléchir en évitant de déprimer» -, cet héritier de la culture de masse des années 80, dresse depuis une vingtaine d'années le portrait d'un monde désenchanté.
Extrait de la présentation de l'artiste sur le site du Botanique.

 "The morning after the evening before (2008);153 x 150 x 150 cm. 
Bois, miroirs, sable, confettis. 
La version présentée sur le site de l'artiste est différente de celle du Botanique. 
© RTBF – Françoise Brumagne – 2012
Ce dispositif de mise en abîme a déjà été utilisé à plusieurs reprises par Pascal Bernier, 
avec par exemple des billets (In God we trust - 2009), ou des cochons (Farm sets, 1997-2000) .

" Finalement, retables, ruines, charniers, dérives de la violence, on est toujours dans le même délire à travers le capitalisme actuel. La base de mon travail est toujours extrêmement sentimentale et affective. Je suis un narratif. Quand je dessine les insectes en train de copuler, l'apparente violence du rapport sexuel n'arrive même pas à la cheville de la violence mentale ou sexuelle que peuvent infliger les adultes. L'engagement, ce n'est pas ma tasse de thé. Comme un cancer, j'espère que mon travail induise une petite réflexion philosophique chez le spectateur."
Extrait de l'interview "Accidents de chasse au Botanique"de Pascal Bernier, par Dominique Legrand dans lesoir.be de ce 27 septembre.

"Bipolar perversion"(2001).190 x 250 x 100 cm. Ours polaire naturalisé, ours en peluche.

Toutes les photos de l'expo : http://www.rtbf.be/culture/galeries/detail_a-pop-nightmare-pascal-bernier-au?albumId=5792476066419584497

« A Pop Nightmare », Botanique, 236 rue Royale, 1210-Bruxelles, jusqu'au 18 novembre 2012.

Nous avions déjà parlé récemment de Pascal Bernier, toujours au Botanique, dans le cadre de l'exposition Wunderkammer http://acasculpture.blogspot.be/2011/12/wunderkammer-et-cabinets-de-curiosites.html

Le site de l'artiste : http://www.pascalbernier.com/ 

23 septembre 2012

Livres sculptures et sculptures livres

Installation de l'artiste brésilien Marcos Saboya pour le London Festival, événement culturel qui se déroulait simultanément aux jeux olympiques de 2012.

Nous consommons et nous jetons, plus que jamais; ces multiples matériaux, dits de rebuts, parfois les plus improbables, sont une véritable mine d'or pour tout créateur contemporain digne de ce nom! Qui ne s'est pas aventuré un jour dans ces contrées inexplorées, et c'est sans doute un signe de bonne santé... Cependant, qu'à force de passer au même endroit, ça s’appelle les sentiers battus... Et le livre coupé, disséqué, pigmenté, rongé, empilé, arc-bouté... n'échappe pas au cycle inéluctable : primitif, classique, anecdotique et rabâché; ce qui ferait penser à une théorie d'un certain Henri Focillon, bien oublié aujourd'hui...

Voici quelques exemples dans le désordre et sans hiérarchie.


Certains s'interrogent sur l'origine du papier. Ainsi Jacqueline Rush Lee avec ses compressions disposées telles les coupes de l'arbre qui a produit la matière.


Les "découpeurs" sont nombreux, du cutter au laser en passant par le pop-up et l'origami. Si vous aimez les arbres et les petits oiseaux, Kylie Stillman ; http://www.kyliestillman.com/index.html



Le désormais classique Olafur Eliasson. Découpé au laser (commanditaire : Museum of modern Art New York ). 450 pages, au format : 27,3 cm x 43 cm x 10,7 cm .
La firme "Kremo"qui a réalisé le travail : http://www.kremo.de/html/home.htm
Voir : http://acasculpture.blogspot.be/2008/08/livre-sculpture-en-papier-olafur.html



Les "dissections" raffinées de Georgia Russell, une artiste écossaise qui utilise le scalpel pour transformer de manière spectaculaire de vieux livres, d'anciennes partitions, des cartes, des journaux, des photographies et même des billets...

Les très décoratives "autopsies" de Brian Dettmer. "Amerigo", (2007); voir : http://briandettmer.com/



Les paysages "plus vrais que nature" de Guy Laramée, travail de sculpture dans la masse et coloration par pigments et encres. Voir : http://www.guylaramee.com/



On notera également les superbes recherches de Caroline Léger réalisés dans le cadre de sa bourse au Centre de recherche du textile à Tournai, "TAMAT". Des végétaux colonisent de vieux livres... Voir ses photos : http://www.carolineleger.be/galerie/index.html



Découvrir aussi, le livre interactif de Jonathan Safran Foer “Tree of Codes”. Édité par Visual Editions et imprimé par Die Keure. Voir : http://bookreport.nothingspaces.com/2010/12/the-age-of-exaggerated-hopes-jonathan-safran-foers-tree-of-codes/



Plus monumental et intégré dans la nature, Steven Seagel avec des créations comme "Like a hive, like an egg?" (2002). Arte Sella, Italy. Bois, papier (revues empilées). Voir le site de l'artiste : http://www.stevensiegel.net/



Les cascades spectaculaires d'Alicia Martin. Quelques images de ses autres installations à base de livres : http://www.galica.it/ing/artista.asp?id=33



Vision du futur, Olivier Charles avec son projet pour la nouvelle bibliothèque de Stockholm (2009); image de synthèse. Voir : http://www.cgsociety.org/index.php/CGSFeatures/CGSFeatureSpecial/stockholm_library_interior



Depuis des années Matej Kren empile les livres de par le monde, au travers de son "Book Cell Project". Voir : http://www.matejkren.cz/cs/book-cell/ ; voir également ces couloirs et autres mises en abimes à l'aide de miroirs. Nous avons déjà parlé de cet artiste : http://acasculpture.blogspot.be/2011/10/de-lautre-cote-du-miroir-kapoor.html



A découvrir dans le cadre de l'exposition Babel au Palais de Beaux-Arts de Lille, "La Tour des Langages", une œuvre participative de Gilles Barbier en évolution constante (venez déposer votre pierre à l'édifice; 15000 livres à ce jour) à découvrir au cœur de l'exposition; le thème traité comme une allégorie de la richesse des échanges inter-langagiers.
(460 x 400 x 386 cm). Photo JFD.
Dans le même esprit, l'installation de l'artiste colombien Miler Lagos.


Quelques sites consacrent des pages à ce type de créations :
 http://www.darkroastedblend.com/2007/08/unusual-books.html
 http://www.darkroastedblend.com/2008/09/bittersweet-art-of-cutting-up-books.html
 http://playingwithbooks.com/
 http://pinterest.com/bindery/bookish/
......... Et beaucoup d'autres!

24 août 2012

Sites en Ligne 2012, promenons nous dans les bois...

"Après avoir failli s’évaporer du calendrier à la suite d’un rabotage budgétaire, Sites en Ligne et ses prodigieux tailleurs de bois sont de retour. Durant toute cette semaine, 42 artistes-plasticiens issus de 12 pays européens (re)prennent possession du bois de Ligne, dans l’entité de Silly, à l’occasion du 7e symposium international d’intégration en milieu naturel.
A l’origine de cette biennale qui transforme une zone forestière en un vaste atelier-musée à ciel ouvert, se cache un sculpteur de grand talent. Enseignant depuis 1986 cette discipline à l’académie des Beaux-Arts de Bruxelles, Mario Ferretti, 42 ans, se souvient de la genèse de cet ambitieux projet rayonnant désormais bien au-delà de nos frontières. « A l’époque où j’étais étudiant, nous avions l’habitude de prendre part à une expo en plein air dans les Ardennes. Ce rendez-vous n’existant plus, je me suis inspiré du concept avec un copain de classe en l’associant à la tradition du Mai », raconte-t-il."
Extrait de l'article de Bruno Deheneffe "En août, on sculpte l’arbre du Mai", 20 aout 2012.

Ne manquez pas de visiter SITES EN LIGNE 2012, artistes au travail (voir quelques photos d'ambiance), sculpture, nature, animations pour enfants, nourritures terrestres et spirituelles, concerts, feu d'artifice... c'est jusqu'à dimanche! Avec une participation très importante d'étudiants et anciens étudiants de l'option sculpture de l'Académie Royale des beaux Arts de Bruxelles.

Pour accéder aux photos de Sites en Ligne 2012 hébergées sur PICASA, cliquer sur : https://picasaweb.google.com/106175267213208852542/201208SitesLigne1 et https://picasaweb.google.com/106175267213208852542/201208SitesLigne2

La page facebook du symposium:  https://www.facebook.com/symposiuminternational.sitesenligne